|

Un homme saoul agresse une femme à la sortie d’une boite de nuit de Toulouse

Veilleuses floues dans la ville. Image de Freepik (Illustration)

Le matin du 16 juillet, sur le parking d’une boite de nuit toulousaine, un homme saoul, vexé de s’être fait éconduire agresse une jeune femme éméchée qui vient de faire un malaise. Puis il détériore une voiture. Il écope de neuf mois de prison ferme.

Dimanche 16 juillet, au petit matin sur le parking d’une boite de nuit de Toulouse, un homme éméché de 23 ans prétend secourir une jeune femme qui fait un malaise suite à une crise d’asthme. Mais quand elle reprend ses esprits, elle le gifle car il lui toucherait les seins par-dessus ses vêtements. Vexé d’un manque de reconnaissance, il la gifle par deux fois et la situation s’envenime. Quand les policiers interviennent vers 7h30, la jeune fille se terre à l’intérieur de la voiture verrouillée d’une amie. Le jeune homme essaie d’entrer dans le véhicule en tapant avec la paume de sa main sur les vitres et la carrosserie. « Ce ne sont pas quelques traces de coup. Le pare-brise est explosé » explique le procureur lors de l’audience. Soumis à un test d’alcoolémie par les policiers, son taux d’alcool dans le sang est de 1,2 grammes par litre.

Des versions divergentes

Lors de l’audience, la victime est présente. Elle avoue être aussi sous l’emprise de l’alcool en cette fin de soirée et avoir donné la première gifle. Elle dit aussi s’être fait importuner par le jeune homme durant toute la nuit, ses amies et elle. De son côté, il affirme avoir discuté avec elle, seulement pendant dix minutes en début de soirée. Le jeune homme jure ne jamais avoir voulu agresser la jeune femme. Il l’aurait seulement revue à la sortie en train de faire un malaise sur le parking, et aurait tenté de lui porter assistance. Pourtant, plusieurs témoins présents affirment qu’il lui touchait les seins. Une vidéo de l’altercation qui a suivie fait surface pendant l’enquête de la police : virulents et agressifs, les deux protagonistes sont alcoolisés et s’insultent copieusement, et lui la frappe une fois. Puis il essaie de rentrer dans le véhicule où elle se réfugie. Au tribunal, son avocate justifie « son état d’énervement parce qu’il sauve une fille et qu’il se prend une gifle. »

Neuf mois ferme

En liberté conditionnelle depuis le 27 juin, le prévenu a déjà cinq mentions à son casier judiciaire, notamment des « faits de violence en état d’ivresse » et de « dégradation de bien » pour lesquels un sursis peut-être révoqué. Très actif depuis sa libération, le jeune homme devait commencer une formation dans la fibre optique ce lundi. Mais les différents témoignages et la vidéo sont accablants et les juges en décident autrement : il est maintenu en détention. Au total, il est condamné à neuf mois de prison ferme : six mois de prison et révocation de son sursis de trois mois.

Publications similaires