|

Positif au cannabis, il fuit les gendarmes pendant neuf kilomètres sur l’autoroute dans une circulation très dense

Les contrôles de gendarmerie sont fréquents à la barrière de péage de Muret. (Image : Google StreetView / Illustration)

Sans permis, sans assurance et positif au cannabis, un homme de 23 ans fuit un contrôle de gendarmerie à la barrière de péage de Muret. Samedi 29 juillet, en plein chassé-croisé des vacances, il zigzague à vive allure entre les voitures.

Samedi après-midi, en plein chassé-croisé des vacances, un ariégeois tente d’échapper à un contrôle de police au niveau de la barrière de péage de Muret direction Tarbes. A la première sortie d’autoroute, il fait demi-tour, direction Toulouse. Poursuivi par une voiture de gendarmerie pendant plus de neuf kilomètres, il zigzague entre les voitures à plus de 120 kilomètres à l’heure dans une circulation très dense. Il perd finalement le contrôle de son véhicule Renault Clio et percute une clôture. Les gendarmes découvrent alors un jeune homme positif au cannabis, qui n’a plus son permis de conduire et une voiture qui n’est plus assurée. Le carton plein.

« J’ai paniqué »

L’homme est coutumier du fait. Il est en récidive pour un refus d’obtempérer en 2020, et une conduite sans permis en 2018. Au tribunal, il s’explique :  « J’ai paniqué parce que je n’étais pas en règle et je n’avais pas d’assurance. J’ai eu peur de la sanction. » Conscient de la gravité des faits il continue : « J’ai eu de la chance, j’aurais pu tuer quelqu’un. »

La peine prononcée par les juges tient compte du fait qu’il est inséré professionnellement « à 100% en télétravail ». il est finalement condamné à dix-huit mois de prison sous bracelet électronique dont neuf mois avec sursis. Il doit également rembourser les dégâts causés, et doit 800 euros pour préjudice moral à chacun des deux gendarmes qui l’ont poursuivi.

Un point de contrôle qui a du succès

Cette barrière de péage de Muret a décidément du succès. Le dimanche 23 juillet, au petit matin, un jeune sans permis et positif au cannabis comme lui et avec un 1,5 gramme d’alcool par litre de sang, commettait un délit de fuite. La poursuite se terminait juste devant la prison de Seysses. Cette fois, les gendarmes avaient eu le temps de déployer une herse et il a roulé pendant cinq kilomètres sur les jantes jusqu’à 160 kilomètres à l’heure. Moins chanceux, le jeune homme avait écopé de six mois de prison ferme.

A lire également