|

A Toulouse, la vidéosurveillance permet à la police d’interpeller les voleurs très rapidement

Caméra de surveillance. Image de rawpixel.com sur Freepik

A Toulouse, les 11, 13 et 14 aout, les policiers ont interpellé des voleurs avec l’aide précieuse de la vidéosurveillance de la ville. Ils ont été jugés ce jeudi en comparution immédiate.

11 aout : une sacoche de vélo rue de la Colombette

Au numéro 35 de la rue de la Colombette, quartier Saint-Aubin, une femme gare son vélo pour aller faire des courses. Dans la sacoche accrochée au porte-bagages, il y a son ordinateur et son téléphone. Deux hommes s’approchent, l’un fait le guet alors que l’autre vole la sacoche. Grace aux caméras, les deux voleurs sont repérés rue Riquet dans le même quartier. A l’approche de la police municipale, les caméras montrent l’un des deux jeter le téléphone par terre et le casser. Une bombe lacrymogène est retrouvée sur l’un d’entre eux. Ils sont condamnés à quatre mois de prison

13 aout : il vole une chaine puis l’avale

Vers une heure du matin, un jeune homme éméché se fait voler sa chaine en or autour du cou par trois hommes. Une caméra de surveillance de la ville repère « un geste brusque sur le cou de la victime« . La police est guidée par les caméras de vidéosurveillance de la ville et elle arrête deux des trois voleurs. Lors de l’interpellation, l’un des deux fait tomber quelque chose qu’il cachait dans sa casquette puis l’avale. Les radiographies révèlent que c’est bien la chaine en or de la victime. Au procès ce jeudi 17 aout, la chaine n’est toujours pas ressortie. Les deux sont condamnés à six mois de prison et doivent 400 euros à la victime.

14 aout : vol avec violence métro Jeanne d’Arc

Un homme se fait importuner place du capitole vers 21h20 par des jeunes en trottinette et en vélo. Ils sont intéressés par sa sacoche Louis Vuitton et sa casquette Gucci. Il se rend dans un restaurant près du métro Jeanne d’Arc. Quand il en ressort trois heures après, les trois mêmes jeunes lui tendent un guet-apens. Ils le mettent à terre, le giflent et lui donnent des coups de poing. La victime s’accroche tout de même à sa sacoche. Parmi les agresseurs, il y a deux mineurs qui seront jugés par le tribunal pour enfants. Ce jeudi, le majeur est condamné à douze mois de prison car les caméras de la ville le voient porter des coups alors que la victime est à terre.

Un des voleurs n’a pas mangé depuis quatre jours

Dans les trois affaires de vol, les policiers ont été guidés par le poste de commandement vidéo qui a constaté les infractions dans un premier temps. Et qui a permis dans un second temps de suivre les suspects dans les rues du centre-ville. Parmi les cinq prévenus des trois affaires, trois sont algériens et sont originaires de la ville de Mostaganem à une heure à l’est d’Oran alors que les deux autres sont marocains. Ils sont tous en situation irrégulière. Lors de son procès, l’un d’entre eux dit qu’il a volé car il n’a pas mangé depuis quatre jours.

Publications similaires